Le point de départ de ce travail réside dans le simple constat que l’homme occidental vit sur des chaises.

Nos ancêtres se sont redressés et mis debout, nous poursuivons notre évolution dans la position assise.

 

Sur scène:

L’espace est aménagé d’une table et d’une chaise qui cadrent un territoire restreint, limité par l’assise.

C’est dans la logique du corps assis, doté de particularités physiques que le personnage, tout en rétention manifeste une rigidité apparente. Son corps se trouve fragmenté, la danse s'immisce dans ses plis, il ne peut s’exprimer parfois qu’avec une seule articulation ou un seul muscle. Dans cet espace, le corps ne parcourt aucune distance et la posture est propice au contrôle des émotions; la mobilité physique restreinte favorise la mobilité psychique, les états mentaux de cet homme assis s’expriment de manière très forte. Son esprit vacille, il fantasme sa vie, par la répétition, dans une frénésie, il traverse à la fois ses peurs, son abattement, son exaltation, le calme et l'indifférence du solitaire.

L’assise a fait se développer de nouveaux métiers au cours des siècles, entrer dans cette recherche provoque chez nous une nouvelle approche du mouvement dansé, expressif, jouant sur les sensations que cette posture donne et avec les images que nous renvoie notre quotidien d’homme assis.

 

La musique:

Habitués à composer les musiques de nos précédentes pièces, celle de List’ic crée en live par les danseurs et celle du dernier solo Circle Moods, nous choisissons aujourd’hui de travailler sur des morceaux composés par Burial, James Blake ou Aphex Twin, véritables génies britanniques de la musique électro et maitre du Dubstep en la personne de Burial.

Ces trois compositeurs assis devant leurs ordinateurs, ont su dompter leurs machines, les maitriser pour y intégrer personnalité, humanité et inventivité. S’attaquer à certains morceaux de Dubstep c’est se frotter à leur folie, leur complexité rythmique, leur virtuosité technique, leur puissance émotionnelle, leur profondeur sonore saisissante et leurs textures ahurissantes. Ces compositions sont un véritable appui chorégraphique comme peuvent l’être de grandes musiques de ballet, la musique dicte le temps et accompagne l’expressivité du corps.

 

La vidéo / La lumière:

La vidéo et la lumière s’appuient de l’état qui se dégage du plateau et par une strate sensible, viennent déposer leurs justes intensités. Elles viennent jouer avec l’homme assis, accentuant le travail de fragmentation du corps et de l’espace. Elles créent des matières et provoquent les perceptions du personnage ou deviennent l'extension de ses mouvements, de ses émotions.

 

Voir la pièce

L'HOMME ASSIS Solo, danse et vidéo. Durée: 35min. Conception: Chloé Hernandez, Orin Camus. Interprétation: Orin Camus. Création lumières: Sylvie Debare. Création Vidéo: Orin Camus.
Yma